Pergame, cité d’Asie Mineure fut l’un des principaux foyers de la civilisation hellénistique, à son apogée, elle était la rivale orientale d’Alexandrie. Sur les parois de l’autel de Pergame, dédié à Zeus, figure la grande frise représentant la gigantomachie, le combat des Dieux contre les Géants. Ce combat entre les Dieux et les Géants est à l’origine du travail que Lionel Guibout présentera à la Maison des Arts.
Au rez-de-chaussée, trois installations autour du thème du temps et de son empreinte. La première l’Air du temps  ne donne pas seulement à voir, elle nous invite aussi à sentir, à ressentir, à voir le mouvement de l’air, le temps à l’état de gaz volatil, qui s’échappe des journaux mis en mouvement à l’aide de ventilateurs.
Le Temps suspendu avec le journal comme marque du temps, chaque page de journal travaillée, rehaussée au pochoir dans un processus de fondu enchaîné, puis suspendu au mur et que l’on peut consulter comme dans un café.
Le Temps solidifié invite le spectateur à rentrer dans un espace résultant d’un temps figé par l’acte de peindre qui s’est emparé des journaux et les a rigidifiés. Ce temps enfermé dans le journal s’est muté en un support qui se déploie dans l’espace, pour converser avec les dieux et les géants échappés de Pergame et qui ont envahi notre quotidien.
A l’étage les géants de Pergame prendront place sur les murs dans un ensemble graphique et pictural.
Le Temps retrouvé  mêle toiles et fusains de grandes tailles, alliant les réminiscences plastiques de l’Antiquité aux factures contemporaines.

Diaporama

lionel guibout

Lionel Guibout est né à Issy-les-Moulineaux en 1959. Il vit et travaille à Malakoff.
Formé à l’Ecole Nationale des Beaux-Arts de Paris dont il sort diplômé en 1983. Passionné depuis son plus jeune âge par la mythologie classique, il se livre dès ses débuts à l’interprétation picturale de mythes. Il développe peu à peu dans sa pratique une réflexion sur la survivance des mythes dans nos sociétés contemporaines.

Retour haut de page