De série en série, Richard Dussaulx se plaît à dépeindre l’être, à le confondre. Si la figure humaine demeure donc le sujet des œuvres présentées à la Maison des Arts, le prétexte en est cette fois ‘le lit’. Avec une trentaine d’œuvres, oscillant d’un registre à l’autre, de la sculpture à la peinture et au dessin, il déploie formes et couleurs dans une tentative de re-joindre le fond des êtres.
Les formes – les silhouettes, le lit – sont simplifiées à l’extrême. Elles semblent émerger de gabarits avec lesquels, tels des pions muets disponibles à l’envie, l’artiste construit des histoires.
Le lit, défini comme enclos, devient l’espace dramaturgique de ces mises en scènes. Le jeu des formes entre elles – associées, dissociées, pleines et évidées-, leur affranchissement, portés par la forte présence de la couleur, fixent le lit en théâtre : lieu de vie, d’amour, de mort. Les corps représentés par les roses et le rouge, racontent des rencontres, des combats, un isolement.

Ajustant une mise en scène silencieuse où le rêve et l’inconscient ont toute leur place, Richard Dussaulx se risque avec cette dernière série à construire un miroir de l’être insolite, voire périlleux.

Diaporama

richard dussaulx

Richard Dussaulx est né en 1948 en Allemagne et est décédé en 2008. Richard Dussaulx a vécu et travaillé à Malakoff et dans l’Eure.
Formé aux beaux-arts, il se consacre à ses débuts à la peinture. Réalisant que le seul sujet le préoccupant est l’être humain, sa condition, sa quête, Richard Dussaulx change radicalement de direction dans son œuvre. Il aborde cette nouvelle préoccupation par le portrait comme concept et moyen d’introspection.  En 1987 il abandonne la toile et réalise ses premières œuvres sur contreplaqué. À sa démarche picturale vient s’ajouter à partir de 1989 une pratique de la sculpture qui prend de plus en plus de place dans son œuvre.

site de l'auteur

Retour haut de page