La maison des arts, centre d’art contemporain de malakoff, présente du 25 septembre au 15 décembre 2019, l’exposition « et sur les blés en feu la fuite des oiseaux » et réunit pour la première fois, les œuvres de Lydie Jean-Dit-Pannel et Gauthier Tassart. Depuis un Mix atomique présenté au Centre d’Art Faux Mouvement (Metz), réalisé en duo en 2016, Lydie et Gauthier ne cessent de développer des projets communs. Le centre d’art souhaite ainsi prolonger ce dialogue en les invitant à faire converser leurs univers, leurs obsessions, leurs poésies et en leur permettant de conjuguer leurs engagements face à l’absurdité du monde contemporain.

gauthier tassart

Gauthier tassart travaille le son et l’image, en référence permanente aux films, comics et morceaux punk rock qui hantent ses gestes et son attitude. Il fait partie du groupe I Apologize avec Jean-Luc Verna. Depuis 2011 Gauthier dirige l’Orchestre Inharmonique de Nice (LOIN), un orchestre à géométrie variable composé d’étudiants ,de la Villa Arson ayant une pratique empirique de la musique basée sur des notions d’écoute collective. Des master class y sont proposées avec des invités tels Lee Ranaldo, Etienne Jaumet ou Claire Gapenne. Gauthier Tassart vit et travaille entre Malakoff et Nice où il enseigne à la Villa Arson.

lydie jean-dit-pannel

Est née en 1968
Lydie-Jean-Dit-Pannel questionne l’image depuis plus de 25 ans au travers de projets au long cours. Aventurière solitaire, amoureuse blessée et guerrière survivante, Psyché s’est imposée comme l’alter-égo artistique de Lydie. Par le biais de cette héroïne antique pensive, dans le sillon de la figure du papillon Monarque dont l’artiste se pare le corps par un tatouage lors de chacun de ses voyages, Lydie déclame par ses oeuvres sa déception face à une humanité qui court à sa perte. Elle parcourt le monde pour dresser le constat des blessures infligées à la Terre. Les pérégrinations de cette héroïne bafouée, qui réalise la synthèse de l’idéal romantique et de la désillusion punk, sensibilisent ainsi à la précarité d’un monde désormais en sursis. Lydie Jean-Dit-Pannel vit et travaille entre Dijon et Malakoff. Elle enseigne à l’École Nationale Supérieure d’Art de Dijon.

site de l'auteur

Retour haut de page