Pour les 10 ans d’existence de la Maison des arts, Christian Boltanski a répondu oui à notre invitation d’ouvrir cette nouvelle saison.
En tant qu’habitant de Malakoff, sa ville, l’artiste présente trois projets spécifiques conçus autour des malakoffiots ainsi que l’annonce le titre de l’exposition. Une récolte de portraits photographiques d’enfants plus ou moins récents, sortie généreusement des tiroirs de la population.Elle lui permet au fil de l’exposition d’identifier ce qui caractérise notamment l’une des spécificités chère à cette ville : petite agglomération où se mêlent avec réussite diverses communautés.
Mais cette histoire ne s’arrête pas là. Christian Boltanski, comme toujours, flotte entre la trace et la disparition, la présence et l’absence, l’identité et l’amnésie. Il inscrit ainsi ses figures dans une mémoire collective et universelle.

christian boltanski

Christian Boltanski est né en 1944 en France.
Il commence à peindre en 1958, à l’âge de 14 ans, alors qu’il n’a jamais connu de véritable scolarité ni suivi de formation artistique au sens traditionnel du terme. Il devient un artiste plasticien français, photographe, sculpteur et cinéaste, connu avant tout pour ses installations. Ses thèmes récurrents sont la mémoire, l’inconscient, l’enfance et la mort. Il met en perspectives dans certaines de ses vidéos les souffrances endurées par les juifs. L’absence est un sujet récurrent dans son travail : la vidéo comme la photo sont des présences, des mémoires qui font revivre les absents.

Retour haut de page