Cela commence de la manière suivante : un objet m’intrigue et j’ai envie de tester ses limites et les miennes. Faire, défaire, multiplier, afficher, broyer, entasser… Le processus mis en place : une pièce, mille photocopies d’une vue de ce même espace et un broyeur à documents qui restreint les pensées, nous amène à un état méditatif. Seule l’action compte. Nous sommes l’espace. Nos pas résonnent. La répétition s’installe. Faire, défaire, c’est aussi se condamner à un temps, une action, toujours être à la limite d’une possible disparition. Cette action a duré trois jours, durant lesquels nous avons filmé l’évolution du protocole, c’est-à-dire l’accrochage successif de mille images du lieu, puis sa déconstruction par le broyage successif de chaque photocopie, menant à un simple tas de papier.
Audrey Martin

audrey martin

Audrey Martin est née en 1983 en France, elle vit et travaille à Nîmes.
Elle obtient son diplôme à l’Ecole supérieure des arts décoratifs de Strasbourg, en 2009. Ses œuvres véhiculent une grande fragilité qui tend à s’évanouir sous nos yeux tout en révélant d’infinies variations de sens et de présences. A partir d’exploration de zones oubliées ou abandonnées, Audrey Martin fait apparaître des images qu’elle s’applique à déconstruire aussitôt, jusqu’à épuisement ou tarissement des ses pièces. Mais une ambiguïté anime son travail entre violence et douceur, entre vie et mort, entre disparition et apparition.

site de l'auteur
 

Retour haut de page