Cette exposition est organisée dans le cadre de « Voyager à la verticale », manifestation qui présente dix œuvres originales d’artistes contemporains dans dix villes de la petite couronne, et propose d’inscrire ces œuvres dans le territoire urbain.

À la question horizontale de l’origine du nom de Malakoff, la réponse a été verticale : C’est à cause de la Tour

La Tour de Malakoff est aujourd’hui reproduite sur la façade de la résidence de la Tour, à l’angle de la rue de la Tour et de l’avenue Pierre Larousse. Elle dominait et organisait le village et le parc d’attraction imaginé, en 1855, par un singulier lotisseur. Le thème du parc était la célébration des toutes récentes batailles et victoires de la guerre de Crimée. L’actualité et les divertissements proposés attiraient une foule de promeneurs, acheteurs potentiels de parcelles à bâtir avoisinantes.

Comment cette opération immobilière étonnante, à l’origine de la ville, est-elle visible sur le territoire actuel ?
Comment simplement reconnaître ce qui a eu lieu, ce qui a été ?
Questions pour lesquelles Catherine Beaugrand décide de répondre grâce aux technologies actuelles : l’interactivité. L’exposition montrée à la Maison des Arts est la création d’un cédérom sur l’histoire de notre ville, son urbanisation, sa transformation, son architecture, et ses acteurs…

Cette manifestation a été réalisée en partenariat avec l’Association de Prévention du Site de la Villette, Canon, RM production et Coclico.
 

catherine beaugrand

Née en 1953 à Mazingarbe, Catherine Beaugrand est une artiste qui vit et travaille à Paris.
Son parcours, atypique, débute par une formation scientifique d’ingénieur et des études en ethnopsychiatrie. En 1976, elle obtient un poste de professeur de culture générale à l’Ecole des Beaux-Arts de Lyon. Elle abandonne alors la peinture au profit d’une recherche sur la manière dont la pensée prend forme et sens dans le champ de la représentation. Depuis près de vingt ans, Catherine Beaugrand mène l’enquête sur les processus que nous mettons en œuvre pour penser le monde où nous vivons dans ses mutations les plus pointues. Ses travaux sur les systèmes de représentation la conduisent à explorer et tous ses champs d’investigation et d’application. Vidéo, théâtre, danse, architecture, puis Internet et CD-rom, deviennent les territoires où Catherine Beaugrand expérimente et applique ses recherches sur la perception des espaces et leur représentation.

site de l'auteur

Retour haut de page