Marinette Cueco scrute la nature pour mieux la mettre en forme et la transformer. Elle noue, tresse, lie, entrelace et festonne. En conjuguant la texture, le rythme et la couleur, elle fait de la nature le lieu et le matériau de ses interventions. Sous ses gestes simples, sans autres outils que la main, concrétions minérales et formes végétales prennent corps. En mai, la Maison des Arts et son jardin sont habités par cette nature complexe et sophistiquée : tableaux et installations de végétaux et minéraux seront disposés à l'intérieur et l'extérieur de la maison.
Pour la première fois, Marinette Cueco présente également son herbier.
Un texte du critique d'art Itzhak Goldberg ainsi qu'un entretien réalisé par Evelyn Artaud complètent une iconographie fournie sur le travail de Marinette Cueco.

marinette cueco

Marinette Cueco est née à Argentat en 1934, elle vit et travaille entre la Corrèze et Montmagny dans le Val-d’Oise.
Depuis les années 1960, elle mène un travail plastique à partir du végétal. Ses cueillettes, au fil des promenades dans des jardins, lui servent de matériau à la création de tableaux de végétaux, et d’installation in situ. Elle scrute la nature pour mieux la mettre en forme, la transformer : elle nous<s>,</s> tresse, lie, entrelace et festonne. En conjuguant la texture, le rythme et la couleur, elle fait de la nature le lieu et le matériau de ses interventions. Sous ses gestes simples, sans autres outils que la main, concrétions minérales et formes végétales prennent corps.

Retour haut de page