Avec Pierre Alechinsky, Giulia Andreani, Art & Language, Jean-Philippe Basello, Gaston Damag, Alice Didier-Champagne, Benjamin Efrati, Olivier Garraud, Alberto Giacometti, Godspeed You! Black Emperor, Adrien Guillet, Ann-Marie James, Emma Kay, Daphné Le Sergent, Louise Pressager, Julien Prévieux, Sébastien Rémy Vittorio Santoro, José Johann Seinen, Hugo Sicre, Fabiola Torres-Alzaga, Thomas Wattebled.

On se plait régulièrement à rappeler que les mots «dessin» et «dessein» ont une racine commune. Longtemps il n’y eu même aucune distinction entre les deux termes, et dans l’article de l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert consacré au dessin, l’orthographe «dessein» est encore employée au sens de notre actuel «dessin». Ne serait-ce que d’un point de vue étymologique, il y a donc un lien étroit entre la formation d’un projet (un dessein) et la représentation de signes (un dessin). Mais devons-nous immanquablement voir derrière tout dessin une tension vers la réalisation d’un projet ? Le dessin n’est-il pas aussi parfois un art sans projet, un art (osons l’idée) pour lui-même ?

Commissaire : Pierre Vialle

hugo sicre

Hugo Sicre est né à Paris en 1989, il vit et travaille en région parisienne.
Formé au Graphisme en Bts communication visuelle au Lycée Auguste Renoir à Paris, puis à la bande dessinée à l'ERG à Bruxelles, il s'oriente à la fin de ses études vers une pratique plus plastique. Après plusieurs résidences notamment aux Pays-Bas et en Bourgogne, en 2015 il organise l'exposition OBSIDERE à la galerie le Maga à Bruxelles et participe à l'exposition Jusqu'à ce que rien n'arrive à Malakoff, où il vit actuellement.

 

Retour haut de page