Depuis le 4 décembre 2019, le collectifantome a investi la nouvelle résidence hors les murs de la maison des arts, « la supérette », située au coeur du quar­tier de Stalingrad, dans le sud de Malakoff. Premières occupantes de ce nouvel espace voué à la production et à l’expérimentation collective, Joana Attia, Julie Bartholomé et Jade Maily vivent au rythme de leurs voisin.e.s – les habitant.e.s, les commerçant.e.s et les associations ou structures présentes dans le même périmètre –, devenant ainsi co-créateur.rice.s. À partir de leur projet de résidence fondé sur l’échange et le partage, le collectifantome transforme la supérette pour en faire un atelier modulable, ouvert au public quotidiennement. Peu à peu, se tissent des liens et des histoires comme autant de matières à créer ensemble. Pour les dernières semaines de leur résidence, le collectifantome propose une restitution de leur expérience qui prendra la forme d’une exposition évolutive révélant leur propre processus de création collective, à l’écoute du potentiel sensible de chacun.e et laissant sa place à l’accident. Ce temps de restitution débutera le 14 mars avec un après-midi d’événements dans et hors de l’espace de la supérette, pour se clôturer le 4 avril avec la parution d’un hors-série de la revue fantome, conçu au fil des quatre mois à partir de la matière récoltée lors des rencontres et ateliers.
--------------------
vernissage samedi 14 mars de 14h à 18h
lieu : la supérette 28 boulevard de Stalingrad 92240 Malakoff

collectifantome

Le collectifantome est constitué de trois jeunes artistes et designeuses issues de l’École Nationale Supérieure d’Art de Dijon, Joana Attia, Julie Bartholomé et Jade Maily. Il est né du désir de mêler leurs pratiques respectives autour d’actions communes, pour faire se rejoindre leur démarches artistiques personnelles. Un des objets principaux de cette union est la création d’une revue trimestrielle participative, dont le but est de promouvoir oeuvres et écrits d’artistes et de créateurs autodidactes.

Artiste designeuse, Joana Attia (née en 1993, à Paris) pense l’espace urbain comme un lieu de socialisation. Elle cherche à recréer des espaces de rencontre laissant place aux échanges et à la prise de parole à travers l’installation de dispositifs et d’objets dans l’espace public. Qu’il s’agisse de détourner la forme traditionnelle de la tribune afin d’encourager l’expression et le débat ou de repenser l’assise citadine comme outil de conversation, les projets de Joana Attia pensent la ville comme une scène où la circulation des voix et des idées doit redevenir centrale.

Pluridisciplinaire, le travail de Julie Bartholomé (née en 1994, à Viriat) s’articule autour de l’évolution du langage et de ses usages, principalement à partir de l’influence des technologies : collecte de matière textuelle, création de dispositifs d’échanges, détournement des usages des réseaux sociaux et jeu sur la plasticité de leurs interfaces, etc. Ses oeuvres déjouent et interrogent les modes de communication actuels à travers des installations, des vidéos, des photographies, des écritures ou des sculptures qui questionnent la modulation des échanges et notamment les correspondances amoureuses.

De la photographie à la vidéo en passant par l’écriture, la pratique de Jade Maily (née en 1996, à Beaune) se nourrit autant d’expériences personnelles que de rencontres avec un environnement et ses constituants, afin de créer des récits qui oscillent entre le documentaire et la fiction. Sensible à l’organisation du territoire et aux rapports de communication entre règnes du vivant et du non-vivant, l’observation du paysage qui l’entoure devient le moyen de rendre visible et dicible ses constituants. Ses oeuvres sont une invitation à porter un regard à la fois contemplatif et conscient des enjeux écologiques et sociaux.

Retour haut de page