Pour cette édition, qui met plus spécifiquement la voix à l’honneur, Violaine Lochu constitue un chœur agenré, inspiré des formations militaires, religieuses ou musicales, dans lequel les voix comme les catégories se fondent les unes dans les autres. La similarité des costumes, des déplacements et du maquillage donnent ainsi la sensation d‘un groupe indifférencié dans lequel l’identité personnelle de chacun.e des membres se dissout en partie dans l’entité collective. La déconstruction des conventions qui régissent l’économie du groupe vocal vise ainsi à questionner cette capacité à faire groupe sans se référer à des identités de genre (sur le mode de l’adelphe ou de la sororité queer), à présenter sur scène des corps plus ambigus et à faire entendre leurs voix sans les assigner à des catégories préconçues. La performance éprouve ainsi la dynamique du groupe vocal, placé entre confusion et dissociation, synchronisations et ruptures, pour éprouver la fusion des corps et des voix dans des relations fraternelles, renvoyant possiblement à l’âge d’une indistinction originelle.

----------------------------
- du mercredi 11 au vendredi 13 mars : de 12h-18h répétitions ouvertes au public, temps d’écriture et de création
- samedi 14 mars :  de 16h - 17h30 :performance collective
---------------------------
Cette résidence performée se déroulera à la supérette, 28 boulevard de Stalingrad 92240 Malakoff et s'inscrit dans le cadre de l'évènement "Gamma-57".

cécile friedmann

Née en 1984, Cécile Friedmann est réalisatrice, chef opératrice et photographe. Sa condition de Hafu (métisse japonaise) est au centre de son travail. Sa démarche mêle une approche autobiographique et documentaire en lien avec son engagement politique autour des questions des minorités stigmatisées et de leur mode de représentation, qu’elles soient sociales, racisées, sexuelles ou de genre.

céline régnard

Make-up artist, elle a travaillé pour de nombreux photographes (Peter Coulson, Cédric Viollet, Grégoire Alexandre, Sylvain Gripoix, VeeSpeers…), magazines (Harper’sBazaarIndia, Les Inrocks, Magazine, Elle, Madame Figaro…) et maison de couture (Martin Margiela, Weston, Wolford, Empreinte, Sebastian, Davines, Albertine…). Elle a également collaboré à de nombreuses reprises avec des artistes issus du monde du cinéma, de la danse, de la musique ou des arts plastiques ( St Martin school of Art, Alain Sachs, Joann Sfar, François Chaignaud, Silencio,,Denis Lavant, Miou Miou, Les Films D’ici, Daphné Burki, Carmen Maria Vega…). Ces dernières années elle a intensifié sa collaboration le monde du Jazz Sarah Mckenzie, Anne Paceo, Pierre Durand, Leila Martial) mais également avec la création contemporaine avec des artistes comme Emmanuelle Antille, Aurélien Richard, Julie Bena, le Printemps de Septembre.

jean fürst

Né en Belgique, il a étudié et enseigné la photographie. Après avoir travaillé quelques années comme portraitiste, il se tourne vers le spectacle en 1985 en devenant interprète pour de nombreuses compagnies de danse-théâtre. Parallèlement à cela, il suit des cours de chant classique en développant plus particulièrement la tessiture de contreténor. Il rencontre ensuite de nombreux «vocalistes» avec lesquels il explore d’autres techniques (David Moss, Meredith Monk, John Giorno, Phil Minton, Joan La Barbara, Trevor Wishart, Roy Hart, Alessandro Bosetti, etc.). Il assure également le training vocal pour de nombreuses productions de théâtre et de chant. Son terrain de prédilection actuel est l’expérimentation vocale et il mène une activité de créateur- performeur dans ce domaine.

violaine lochu

Le travail de Violaine Lochu est une exploration de la voix comme vecteur de rencontre et de métamorphose. Lors de longues périodes d’immersion dans des milieux spécifiques elle collecte différents matériaux sonores et visuels à partir desquels elle crée des performances, des installations sonores, des vidéos et des éditions. Sa pratique est transdisciplinaire ; évoluant dans le champ de l’art contemporain, de la musique expérimentale et de la poésie sonore ; créant des passerelles entre des univers contemporains et anciens, savants et populaires ; se nourrissant de rencontres avec des entités humaines (babils des bébés dans Babel Babel, parole divinatoire d’une voyante dans Madame V., mémoire collective d’une ville dans Mémoire Palace) ou non humaines (chant des oiseaux de Laponie dans Hybird, intelligence artificielle dans E.V.E, monde minéral dans Vestiges de Roncevaux…) mais aussi de lectures d’ouvrages appartenant au champ des sciences humaines (anthropologie, sociologie, psychanalyse). La rencontre et la collaboration (avec d’autres musiciens, chorégraphes, circassiens, artistes visuels, chercheurs en sciences humaines…) sont au cœur de sa démarche.

site de l'auteur

yannick guédon

Compositeur, chanteur et performeur, Yannick Guédon s’intéresse aux infimes variations de timbre, au senti de la pulsation intérieure, de même qu’aux notions subjectives de durée, de silence et d’erreur. Il s’attache le plus souvent à une mise en jeu spécifique de la performance, avec une attention particulière au lieu et au contexte dans lesquels se déploie chaque situation sonore. Récemment, il a collaboré avec les musicien·ne·s, compositeur·rice·s, ensembles et chorégraphes suivant·e·s: Antoine Beuger, Varinia Canto Vila, ensemble Dedalus, Mattieu Delaunay, Catherine Lamb, collectif Muzzix, Laurent Pichaud, éliane Radigue, Marc Sabat.

Retour haut de page