Vous êtes ici :

Accueil > Maison des arts > Archives > 2012 > Maude MARIS & Alice PICHELIN

Maude MARIS & Alice PICHELIN

17 mars ► 13 mai 2012

2 expositions, 2 peintres, 2 propositions, 2 univers, 2 femmes.

La maison des arts invite Maude Maris et Alice Pichelin artistes de la même génération (autour de 30 ans) à investir les lieux. Pour chacune, il est question d’interroger l’espace, l’une au travers de l’architecture, l’autre au travers du corps.
Chacune un étage, chacune une exposition monographique.

Maude Maris
Le travail de l’artiste questionne un espace et son échelle. Le rapport à l'échelle étant toujours la réduction de celle ci.
A partir  d'objets trouvés, chinés dans les brocantes, elle les moule, les sectionne en son milieu pour y découvrir leurs intérieurs  puis en constitue un cabinet de curiosités qu'elle décline sous formes de "familles de caractères" (corps, paysages, industriel…)
Ces « hybrides » sont placés ensuite dans son "son studio photo" (maquette à l'échelle 1/20 de l’atelier) soit un white cube.  Elle les manipule jusqu'à satisfaction et alors le travail de la toile peut commencer.
L'exposition « entre cour et jardin » propose trois toiles de la série "les intérieurs", la construction d’une des salles d'exposition  réduite d'un tiers et un dessin réalisé in situ issue de la série "les maisons noires".
Maude Maris est sélectionnée pour le salon de Montrouge 2012.

Alice Pichelin
L’exposition commence par un poème « Félicie » écrit par l’artiste en amont de la série de toiles proposées. C’est une histoire de corps qui s’entremêlent de façon improbable, ou plutôt l’histoire d’une chorégraphie bien connue de la danse contemporaine.
Dans son atelier d’Ivry/Seine, elle convie onze modèles et leur demande de venir parés de leurs plus beaux vêtements. Suivant un protocole établit par l’artiste, chaque invité doit se dévêtir se rhabiller, emprunter les vêtements des autres, se toucher, se parler. Parallèlement, Alice Pichelin scrute et photographie les protagonistes constituant ainsi les archives nécessaires à la réalisation de ses nouvelles peintures.
Une douzaine de toiles s’articulent autour de cette expérience, car bien sur il est question de « peinture ». La série donne à voir des personnages colorés en mouvements sur fond de toile blanche annihilée d’objets ou de tout autre signes pouvant se référer à un espace possible.

                                                                                                                                                                       Aude CARTIER

Haut de page

Maison des Arts de Malakoff
105, avenue du 12 février 1934 - 92240 Malakoff / +33 (0)1 47 35 96 94
mercredi au vendredi 12h-18h samedi et dimanche 14h-18h

Ville de Malakoff